Département Fédéral des Finances, un danger pour l'humanité

Pourquoi il faut démanteler un département d'état
JCZD Revue de presse

Je n’ai pu m’empêcher d’être outré à la lecture de l’article sur l’accélération du réchauffement climatique paru dans l’édition du Matin Dimanche du 17 juillet 2022 ; en effet, on y lit que est dans une sacrée mouise et cela bien plus tôt que prévu parce que les soi-disant spécialistes n’ont en fait rien compris au phénomène, et surtout parce que ceux qui se targuent de mieux savoir que les autres et pour lesquels tous les coups sont permis pour obtenir un poste au gouvernement sont tellement idiots que ça en devient un crime contre la planète : en effet, alors que l’on sait sans trop de doute que la saison du ski c’est fini et que les tours en bateau vont bientôt tomber à l’eau parce de l’eau y’en aura plus, on trouve sans même avoir besoin de chercher des fonctionnaires comme ceux du DFF qui n’hésitent pas à bullshitter le peuple et les médias en racontant des absurdités comme le fait que les Suisses pourront maintenir leur niveau de vie malgré la situation apocalyptique dans laquelle nous sommes plongés (je n’invente rien, c’est sur la même page) en se contrefoutant du message du conseil fédéral qui admet tout de même que sans les apports de gaz de la Russie, avec les centrales nucléaires et le manque de précipitations, les pénuries de pellets et autres combustibles, on l’aura bien profond dans l’os du cul et cela sans même avoir le temps de se retourner. Ils ne sont pas les seuls : entre l’OFEV qui affirme (à mon avis à juste titre, et je cite) qu’“il faut démolir les constructions faisant obstruction au charriage” et l’OFEN qui estime que justement, la retenue par les barrages des matériaux charriés c’est super tandis que le DETEC voudrait simplifier les procédures, on n’y comprend plus grand chose et nos offices fédéraux feraient bien de se consulter avant de nous recommander tout et son contraire.

Politiquement incorrect

Je supplie ces fonctionnaires de s’allonger dans un trou et arrêter de respirer pendant au moins une heure ou deux, ça fera un bien fou à la planète, aux finances publiques et surtout à nos pauvres cerveaux qui sont confrontés jour après jour à tellement de non-sens au point où on est en est réduit à devoir se droguer tant bien que mal pour arrêter de réfléchir sous peine de devenir complètement fous ; à défaut de ré-instaurer la peine de mort et d’organiser des pendaisons publiques pour tous ces ennemis du bon sens (c’est à dire à peu près l’ensemble de nos élus et fonctionnaires, à l’exception de ceux qui font vraiment quelque chose d’utile comme nettoyer les toilettes), foutons-les en orbite à coup de puissants pieds au cul : ils sont nuisibles et dangereux, et il est devenu urgent de leur ôter leur pouvoir sans délai. J’appelle donc la population à couper les vivres à toute cette racaille dont le seul talent et de réussir à être populaires à force de grossiers mensonges et en dépit de tout bon sens : arrêtez de payer vos impôts, arrêtez d’écouter ces ministres, ces juges, ces députés et ces conseillers dont le QI combiné est comparable à celui d’un essaim de mouches à merde. En attendant qu’Elon finisse ses mille Starships (on lui souhaite d’y parvenir tant qu’on a encore du carburant à brûler et de l’oxygène à respirer) parce que les tonnes de poussée de ses moteurs seront à peine suffisantes pour se débarrasser de nos pires parasites, créons un genre de de zoo où ils pourront continuer de faire les beaux devant des projecteurs et des caméras, ce sera un moindre mal.

Ébauche de solution

Une citation et une piste avant de terminer : on m’a dit une fois que “ces salauds de politiciens, ils piquent le boulot des humoristes avec toutes leurs conneries” ; comme c’est ceux qui en racontent le plus qui sont les plus populaires, il est facile de faire le tri et faire taire ceux qui arrivent en tête des élections en leur donnant une brosse à chiottes ou un chiffon pour torcher le cul des vieux en espérant qu’ils comprennent un jour des choses aussi élémentaires que le fait de déféquer dans de l’eau - potable ou non - et le premier geste dont l’humanité devrait se défaire pour espérer survivre (sur un malentendu ça devrait marcher).

Et à ceux qui préfèrent un mensonge agréable à une vérité difficile à accepter, ce message est pour vous : arrêtez de manger de la viande, apprenez à réparer les objets et outils qui vous entourent, troquez biens et services plutôt que de vous laisser vampiriser par un système financier corrompu par design, mettez un pull ou deux et ne chauffez pas votre logement à plus de 15 ou 17°C. Récupérez l’eau de pluie et déboulonnez votre cuvette en porcelaine pour la remplacer par un bidon et de la sciure ; voyagez dans votre potager et votre compost au lieu de l’autre bout de la Suisse (ou pire) car sans ça vos enfants n’auront jamais l’opportunité d’en avoir car on crèvera tous ensemble dans une genre de gigantesque et formidable explosion de caca et d’une bêtise devenue incommensurable faute d’outil pour la mesurer. S’il y a une seule loi martiale qu’un gouvernement raisonnable devrait imposer, c’est de rendre ce geste illégal et punissable : polluer pour soi comme pour les autres une ressource que l’on sait précieuse au point que notre existence en dépend est un acte criminel (et ce n’est pas le seul).